Le Château de Delley et les jardins de Tobie de Castella

 

Il y a près de 250 ans, un descendant à l’esprit ouvert de la noblesse fribourgeoise de Castella a créé sur le domaine du château de Delley - aujourd'hui siège de la branche semencière suisse – un joyau incroyable de l'horticulture, très inspiré par l'esprit des Lumières. Depuis 1767, le châtelain de Delley Tobie de Castella (1773-1815) a entretenu durant plus de 30 ans son domaine et a aménagé des jardins aux alentours du château, en particulier un ermitage qui a malheureusement disparu. Ils étaient considérés, selon l’expression française, comme «Ferme ornée», un type particulier d'architecture de jardin anglais. La création de jardins peut être associée à l’intérêt de Tobie pour la littérature d’aménagement de jardins, qui a connu un essor remarquable en Europe à partir de 1770. Grâce à la passion de Tobie de Castella, un ermitage anglo-chinois a vu le jour à Delley 15 ans avant le plus célèbre ermitage suisse à Arlesheim (1785).

La «Ferme ornée» ou joindre l’utile à l’agréable

Le manoir de la famille de Castella de Delley, construit en 1706, bénéficie d'un emplacement unique - vue sur le Jura à l'ouest et sur les Alpes à l'est. Tobie de Castella y a effectué de longs séjours après avoir interrompu sa carrière militaire en 1767. A une époque où nature et paysage sont découverts et sujets de discussion, il entreprend des transformations complexes sur le domaine. Il a ainsi ajouté deux ailes au bâtiment principal et a créé à partir de 1769 des jardins impressionnants à l’est et au nord-est du manoir, ainsi qu’un ermitage qu’il a ensuite entretenus plus de 30 ans.

Le jardin, situé entre le manoir et la chapelle, est bordé d’une belle haie soigneusement taillée selon l’esprit esthétique du temps. En revanche, la présence de deux ruchers devant la façade du manoir relevant la fonction bénéfique du jardin exprime l’art de joindre l’utile à l’agréable. Ce double objectif du site correspond au caractère typique de la «Ferme ornée» ou «decorated Farm», une forme spéciale du jardin anglais du 18e siècle.

Dans la bibliothèque de Castella, on trouve l’ouvrage «Observation on Modern Gardening» de l’anglais Thomas Whately, un écrit théorique sur les jardins de 1770. Celui-ci s’oppose à un nombre excessif de bâtiments paysagers et prône une architecture du paysage romantique et sentimentale. Ses idées ont une grande influence sur le développement du jardin paysager dans le reste de l’Europe.

Contrairement au jardin baroque, qui contraint la nature dans des formes géométriques exactes, le principe du paysage naturel devrait plutôt se refléter. Dans le sens d’un «paysage pittoresque», les impressions riches en variations devraient surprendre et amuser le contemplateur.

La philosophie de Jean-Jacques Rousseau et sa sensibilisation à l’esthétique du sublime et de la beauté ainsi qu’à l’idéalisation d’une vie plus proche de la nature ont aussi eu une influence sur les nouveaux concepts de l’architecture paysagère.

Tobie de Castella essaie donc d’aménager toute sa propriété selon ces idées: les zones agricoles de la propriété doivent être liées esthétiquement en une seule unité avec les jardins décoratifs. Ce concept de la combinaison de l'esthétique et de la fonctionnalité est également visible dans un réservoir, qui est flanqué d’un platane.

Nouvelle-Angleterre et esprit de liberté

„La promenade de la Nouvelle-Angleterre“ est constituée de deux plantations de quatre platanes taillés en parasol. Elles sont inspirées du modèle de jardin anglo-chinois, qui est cité presque partout en Europe dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’un de ces platanes a survécu jusqu’à aujourd’hui.

Si l’appellation «promenade de la Nouvelle-Angleterre» se réfère sans doute à l’Angleterre des nouveaux jardins, elle a probablement été choisie par Tobie pour manifester son enthousiasme pour l’indépendance et la liberté, pour lesquelles les colonies de la Nouvelle-Angleterre au nord-est des Etats-Unis ont combattu lors de la guerre d’Indépendance américaine (1775-1783).

La sagesse réside dans la forêt

Le collage, que Tobie a réalisé au dos d’une des aquarelles avec vue sur le château de Delley, témoigne d’un double intérêt pour les arbres et la forêt. Au fil des missions d’exploration sur d'autres continents, des jardins botaniques sont aménagés dans toute l’Europe, et ils ont à leur tour une grande influence sur la conception des jardins. Les platanes, qui arrivent au milieu du siècle de l'Asie Mineure à l'Europe centrale, intéressent Tobie. Il porte également une grande attention au soin et à la greffe des arbres fruitiers ainsi qu’aux arbres rares, si possible étrangers ou exotiques. D’un autre côté, la forêt est pour lui un lieu mythique, un lieu de refuge, de spiritualité et de recherche de la sagesse.

L‘ermitage – un lieu de contemplation

Dès 1769, Tobie débute l’aménagement d’un ermitage qui n’existe plus aujourd’hui. Les inscriptions disposées le long du parcours de l’ermitage sont probablement parmi les aspects les plus insolites de son jardin. A l’époque, ces sentences correspondant à une tradition chinoise se trouvaient partout en Europe. Leur présence devait aider le promeneur à percevoir et à interpréter les différents lieux du jardin «sensible». A Delley, ces inscriptions établissaient rarement un rapport direct avec le jardin, mais exprimaient davantage des considérations d’ordre général ou moral, religieuses ou politiques.

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre – un héritage durable de Tobie de Castella

Lorsque Pierre de Castella, le dernier propriétaire de cette famille, hérite en 1941 du château et de ses deux exploitations agricoles, le bâtiment était inhabité depuis trente ans et avait servi, entre autres, pour le séchage des feuilles de tabac. Pierre de Castella fit partiellement rénover le château et s’installa à Delley. La Fédération suisse des sélectionneurs (FSS) acheta le domaine attenant au château en 1975. En 1983, la Fondation du Château de Delley fit l’acquisition du reste de la propriété, qui devint le siège de la branche semencière suisse. Depuis 1984, le château et la chapelle ont été rénovés et restaurés en plusieurs étapes.